Test : The Caligula Effect 2 sur PS4

Test : The Caligula Effect 2 sur Playstation 4

6.8

SCENARIO

7.0/10

GAMEPLAY

7.0/10

GRAPHISMES

5.0/10

BANDE-SON

8.0/10

CONTENU ET DUREE DE VIE

7.0/10

Les plus

  • Bonne durée de vie..
  • Le système de combat
  • Histoire à fin multiple
  • La musique

Les moins

  • Malgré le manque de nouveauté
  • Les graphismes
  • Les textes et le manque de sous-titre français
  • Des combats assez longs

Test : The Caligula Effect 2 sur PS4

 

 

Test : The Caligula Effect 2 sur PS4 

Genre : Aventure, RPG
Langues (voix) et sous-titres : Anglais
Développé par Historia Inc et édité par NIS America
Sortie France : 22/10/2021

Prix : 49.99€ sur l’eShop
Joueurs : 1 joueurs
Age minimum : 12 ans

Site Web Officiel

SCENARIO

Test The Caligula Effect 2 sur PS4

Après le succès de Caligula Effect sur PS Vita et de Caligula Effect Overdose, The Cagula Effect 2 est tout naturellement attendu par les fans de JRPG. Mais cette suite vaut-elle vraiment le coup ?

Un monde paradoxal

Comme dans le préquel, The Caligula Effect 2 est l’histoire d’un monde virtuel, un monde de “rêve”, du nom de Redo qui accueille malgré eux les personnes atteintes d’une maladie dans le monde réel. Ces malades sont donc, sans s’en rendre compte, dans une vie virtuelle.
Votre héro ou votre héroïne est une de ces personnes à la différence qu’un personnage du nom de Kii vient vous remettre les idées en place. Cette artiste est en fait une descendante de la chanteuse de Moebius (monde du jeu précédent) et voudrait se débarrasser de Regret, nouvelle idole du monde Redo et ainsi mettre fin à ce monde virtuel.

GAMEPLAY

Un air de déjà vu

Notre personnage et Kii vont donc mettre en place leur “résistance” en recrutant des alliés ayant encore un peu de lucidité. Il faudra ensuite affronter de puissants lieutenants, les Gakushi. Ces derniers composent la musique pour Regret et approuvent Redo en transformant en monstres (les Marioheads) les habitants qui poursuivent ensuite le groupe de Kii. Pour chaque donjon, il faudra donc faire face à des combats interminables contre les Marioheads pour ensuite affronter les boss. Le level design n’a pas progressé depuis The Caligula Effect. La sensation de “dirigisme” s’effacera un peu grâce à de petites énigmes basiques.
Pour ce qui est du système de combat, le jeu conserve ce qui avait déjà été fait (et qui fonctionne bien) mais rien de nouveau. C’est un tour par tour, assez stratégique, où vous pouvez réaliser vos attaques à retardement afin de maximiser les dégâts. Beaucoup d’attaques seront boostées dans certaines conditions : ennemi en l’air ou à terre, niveau de risque… Entre chaque tour vous avez la possibilité de prévisualiser le combat pour être plus précis. On peut aussi gérer le niveau de risque des adversaires pour porter plus de dégâts. Il y a aussi beaucoup de capacités de soutien. Malgré la non nouveauté du système, cela fonctionne donc encore très bien !

Ce qui est peut-être moins efficace c’est l’équilibre général du jeu ainsi que la courbe de progression des personnages. De une les combats sont vraiment longs mais en plus il faut en faire beaucoup pour arriver au même niveau que les boss qui sont assez puissants. Le rythme du jeu est totalement cassé. Le titre est bien moins amusant à jouer malgré son système de combat.

GRAPHISMES ET BANDE-SON

Qualité un peu rétro…

La réalisation du jeu n’est pas son point fort. Elle est assez en retard de ce qu’on peut trouver maintenant. On dirait un jeu des années 2010. Les animations ne sont pas très bien réussies non plus. On a même l’impression que les menus sont moins attrayants. Les décors sont simplistes, le regard des personnages assez vide… Bref, ce n’est pas une claque visuelle.

Point positif : la musique. Furyu fait une nouvelle fois appel à des artistes vocaloid pour nous offrir des titres assez prenants. Les remix sont bien rythmés. Il est juste dommage qu’on ne les trouve pas dans le jukebox de notre base.

CONTENU ET DUREE DE VIE

Pour bien apprendre à connaître chaque personnage, on se doit de développer chacune de leurs histoires afin de surmonter avec eux leurs problèmes et les accompagner dans la réalité. La quête principale nous prendra environ trente/quarante heures avec une multitudes de fins. Il faut y ajouter les quêtes annexes qui sont liées aux PNJ du jeu. On pourra regretter la disparition de la “route des musiciens” qui permettait de vivre le récit du point de vue des antagonistes.

Le gros problème de ce jeu pour moi c’est sa structure, identique à Caligula Effect. Ce premier jeu avait surpris le monde du JRPG, la suite Overdose avait un contenu bien plus conséquent et apportait quelques touches novatrices mais Caligula Effect 2 n’est ni surprenant et ni très généreux en terme de contenu. On a juste pris l’ancien titre, on y a mis de nouveaux personnages et une histoire quasi identique, basta. Et puis, la différence avec Caligula Effect Overdose est franchement criante quand on regarde la qualité d’écriture. Il y a peu de place pour l’émotion et le volume des textes est infiniment plus court, on a donc du mal à plonger dans l’histoire. Il est aussi dommage qu’il n’y ait toujours pas de traduction en français. Et puis, sans spoiler, l’absence d’épilogue digne de ce nom est assez surprenante…

CONCLUSION

Test : The Caligula Effect 2 sur PS4

The Caligula Effect 2 n’est en fait qu’un Caligula Effect Oversode avec de nouveaux personnages, moins de contenu et moins amusant. Il n’y a que trop peu d’innovation et beaucoup trop d’aspects assez déplaisants comme les graphismes ou encore l’écriture. Le système de combat reste un gros point fort du jeu. Malheureusement l’univers assez novateur de la franchise se perd un peu.

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI 

Test : The Caligula Effect 2 test sur PS4 réalisé par Nitnelav sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *