Test : Returnal sur PS5

Test : Returnal sur PlayStation 5

8.8

SCENARIO

8.0/10

GAMEPLAY

9.0/10

GRAPHISMES

8.5/10

BANDE-SON

9.0/10

CONTENU ET DUREE DE VIE

9.5/10

Les plus

  • Un univers SF saupoudré de thriller qui colle bien au roguelite
  • La DualSense amplifie l'immersion
  • Un gameplay accessible rendu exigeant par le bestiaire
  • Une durée de vie quasi illimitée

Les moins

  • La mise à jour du jeu en veille annule votre run
  • Les boss ne lâchent pas de silphium
  • Pas de sauvegarde éphémère

Test : Returnal sur PS 5

Test : Returnal sur PS5

Genre : Jeu de Tir, Action, Roguelite
Langues : Allemand, Anglais, Arabe, Espagnol, Français, Italien, Polonais, Portugais, Russe Sous-titres : Allemand, Anglais, Arabe, Danois, Espagnol, Finnois, Français, Italien, Norvégien, Néerlandais, Polonais, Portugais, Russe, Suédois
Développé par Housemarque
Édité par Sony Interactive Entertainment
Sortie France : 30/04/2021
Prix : 79,99€ sur le PS Store, 62,90€ version boîte
Taille : 55 GB
Joueurs : 1
Age minimum : 16

Site Web Officiel

SCENARIO

Retour vers la vie dure

Malgré les avertissements de son ordinateur de bord, Sélène franchit le point de non retour en voulant suivre le mystérieux signal Blanc. Bien qu’issue d’une technologie avancée, son vaisseau Hélios ne tient pas le choc et s’écrase sur la planète extraterrestre Atropos.

1er contact

Sonnée mais pas blessée, notre astronaute découvre le site du crash. Celui-ci lui révèle que ce n’est pas la première fois qu’elle pose les pieds sur ces terres. Bien décidée à briser ce cycle infernal sans fin, Sélène s’enfonce dans ce paysage métamorphe…une fois de plus. C’est ainsi que, DualSense en mains, nous partons à la découverte de ce territoire inconnu mais aussi d’une astronaute qui cache des blessures bien plus profondes que de simples égratignures.

GAMEPLAY

Fast and curious

Test : Returnal sur PS5

Les premiers ennemis nous mettent face à un TPS nerveux possédant une prise en main rapide. Dans un premier temps, les affrontements à distance sont à privilégier. Tout comme user du dash et du saut pour se mettre à couvert (ou esquiver) afin de rester en vie le plus longtemps possible.

Évitez la planque derrière le décor destructible !

Si tirer à la volée est permis, utiliser le viseur (L2) sera vital. Car la gâchette haptique comporte 2 crans: un appui léger pour viser en tir classique et à fond en tir secondaire.  Comme le secondaire demande un temps de rechargement plus long que le normal, choisissez le bon moment pour appuyer sur R2. D’ailleurs son simple appui prolongé videra le chargeur classique à cadence continue alors que de petites pressions vives enverront des balles plus rapidement. Mais gardez en tête qu’une fois le chargeur vide, il faudra patienter un instant pour le remplir. Heureusement qu’une lame sera (rapidement) disponible pour se défendre en attendant.

Avant d’avoir la lame, choisissez bien votre arme

De plus votre adrénaline grimpera en abattant les ennemis à la chaîne afin d’obtenir une vision améliorée ou encore un rechargement rapide. D’autres subtilités sont disponibles, à apprendre lors du visionnage des excellentes vidéos du didacticiel. Il ne vous restera plus qu’à les maîtriser. Et ce sera plus facile à dire qu’à faire !

Planète Mutante

En très bon roguelite, la carte des biomes d’Atropos est générée de manière procédurale. Si on reconnaitra certaines salles après de bonnes heures de jeu, leur placement et contenu (ennemis, consommables, objets, armes, coffres, translocateurs,…) sont différents à chaque run.

Un run court qui m’a permis d’obtenir enfin la clef cramoisie

Il faudra donc s’acclimater de ce que le jeu offrira pour monter sa stratégie et son arsenal. En ce qui concerne les upgrades, la possibilité d’utiliser des parasites pour augmenter une statistique rend les choix encore plus cornélien !

Le parasite est la bestiole rouge sur le bras droit. On peu en avoir plusieurs…

On espèrera toujours accumuler rapidement des obolithes (abandonnées par les ennemis) afin de les échanger contre des objets sans malus de préférence. La réalité sera certainement toute autre…c’est ce qui fait tout l’intérêt d’Atropos.

GRAPHISMES ET BANDE-SON

Sans parler de claque NextGen, les 3 biomes principaux affichent des décors de science-fiction classiques mais toujours efficaces. Bien que fourmillant d’effets de lumière saisissants et de petits détails rendant Atropos bien vivante, on retiendra surtout son bestiaire. En effet, il nous étonnera tant par son design travaillé que par sa vivacité. Le tout dans un 60 fps constant, y compris dans des salles (sur)chargées d’ennemis qui finissent souvent dans un déluge pyrotechnique.

La lame en action

DualSensationnel

La surprise vient du combo environnement sonore et DualSense. Il faut reconnaître que cette dernière semble être le prolongement naturel de la combinaison de Sélène tant leurs designs respectifs se ressemblent (une édition spéciale serait d’ailleurs la bienvenue). En effet, il est tout à fait possible de désactiver l’ATH (vous enlevant au passage la pression de la barre de vie) et de vous baser uniquement sur les retours haptiques et sonores de la manette ! L’immersion n’en est que meilleure et le côté Thriller-SF gagne en intensité mais pas en difficulté.

Montez le son pour profiter des thèmes stridents propre à la science-fiction qui se mêleront délicatement aux cris du bestiaire succombant à vos tirs infernaux. Les possesseurs du casque Pulse 3D seront ravis d’apprendre que Returnal est également compatible Audio 3D. Alors à vos casques…prêts…mourrez.

CONTENU ET DUREE DE VIE

Danse avec les boules

Test : Returnal sur PS5

Le studio Housemarque nous livre une aventure typiquement arcade avec un soupçon de narration. En effet, recommencer du début en perdant tous les consommables et upgrades équivaut à remettre une pièce dans la borne. Mais vous conserverez les objets clefs (lame, grappin,…) et surtout l’éther: cumulable, ce consommable permettra de “faciliter” l’aventure. Enfin, ce sera à vous de déterminer comment le dépenser au mieux pour que le run mette en avant vos points forts ou compense vos points faibles.

Évitez de purifier les coffres avec l’éther. Sauf si vous en avez beaucoup.

Après plusieurs essais, vous vous surprendrez à traverser les salles sans avoir un équipement de folie et arriverez à la rencontre d’un des boss (à n’éliminer qu’une fois). Véritable travail d’orfèvre de design et pattern, il représente un challenge de taille car il faudra bien mémoriser leurs 3 phases.

Alors on danse…avec Phriké et adrénaline au max !

Au final le combat ressemblera à un ballet hypnotisant pour les spectateurs. Car ce sera différent pour vous: concentration et sang froid seront indispensables pour venir à bout des 3 principaux boss.

Sélène Riplay again

Revenir toujours au début ne veut pas dire ennui sur le long terme. Il y a une part d’exploration des salles à ne pas négliger qui complète à merveille les courtes phases narratives en vue FPS (bougez doucement si vous êtes sensibles à la cinétose).

La figurine du cosmonaute sera votre meilleur ami

En effet, le jeu distille des salles réservées à la découverte historique de la planète vous permettant d’en apprendre plus tout en soufflant un peu. Oui un peu : n’oubliez pas que le prochain run sera différent et que ces salles vous réserveront certainement une autre surprise.

Profitez des bonnes surprises

Rage against the machine

Soyons honnêtes oui j’ai ragé. Mais pas contre le gameplay qui demande toujours un surplus de skills face aux boss. Non, pour ça j’accepte d’être malmené et j’en donne toujours plus lors de mon run quotidien. En revanche je rage quand le jeu (sans sauvegarde éphémère), qui me conseille de passer la PS5 en mode repos pour reprendre plus tard , ferme le jeu (et ma partie) pour se mettre à jour. Et puis je rage encore plus quand cette mise à jour s’avère être défaillante au point de déployer rapidement la version antérieure. Comme avec Sélène, j’apprends de nos erreurs et j’ai vite désactivé la mise à jour automatique avant de repartir sur Atropos. Cette boucle tempo-réelle ne m’aura pas eu 2 fois.

CONCLUSION

Test : Returnal sur PS5

Exigeant sans nous prendre en traître, l’exclusivité Returnal réussit un bel atterrissage sur PS5. Les pointes de narrations viennent enrichir ce TPS-roguelite à l’univers SF, le tout en poussant l’immersion grâce à une bonne utilisation de la DualSense. Si la difficulté est surmontable en améliorant son skill à chaque essai, une part de chance non négligeable (merci la génération procédurale) peut également faire basculer la partie en votre faveur. Gardez en tête que mourir c’est apprendre et que la boucle se répète sans fin…vous avancerez donc à votre rythme. La saveur des victoires n’en sera que meilleure.

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI 

Test : Returnal sur PS5 réalisé par Pascal84 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *