Test : MotoGP 22 sur PS5

Test : MotoGP 22 sur PlayStation 5

8.2

SCENARIO

8.5/10

GAMEPLAY

9.0/10

GRAPHISMES

8.0/10

BANDE-SON

7.0/10

CONTENU ET DUREE DE VIE

8.5/10

Les plus

  • Un gameplay exigeant
  • Un contenu dense
  • 2 joueurs en écran partagé
  • Les défis de la saison 2009
  • Des options à la pelle pour se faire sa propre expérience

Les moins

  • Des décors et un public en retrait
  • Les vidéos d'époque toujours en SD
  • La mini carte peu lisible

Test : MotoGP 22 sur PS5

Test : MotoGP 22 sur PS5

Genre : Pilotage, Course
Langues : Anglais, Français, Allemand, Italien, Portugais, Espagnol Sous-titres : Anglais, Français, Allemand, Italien, Portugais, Espagnol, Brésilien, Chinois, Japonais
Développé par Milestone
Édité par Milestone SRL
Sortie France : 21/04/2022
Prix : 69,99€ sur le PS Store
Taille : 21,47 Go Version 1.003.000
Joueurs : 1 – 2 local et jusqu’à 12 online
Age minimum : 3

Site Web Officiel

SCENARIO

La création de votre pilote est une tradition, et MotoGP 22 sur Playstation 5 ne déroge pas à celle-ci. En même temps, si vous voulez faire carrière c’est juste indispensable. Vous pouvez soigner votre apparence comme bon vous semble avec les différentes caractéristiques physiques mises à disposition.

Sobre, le regard vers la victoire ?

Une fois votre équivalent virtuel validé, ne croyez pas attaquer directement une carrière sur les chapeaux de roue ! En effet, le didacticiel s’enclenche pour vous faire découvrir le pilotage offert par MotoGP 22. Et si comme moi vous êtes un habitué de MXGP, vous allez vite comprendre que le gameplay est totalement différent.

Je vais rester un moment dans le didacticiel

Piloter un bolide pouvant dépasser les 300 km/h demande une certaine maîtrise qu’il va falloir acquérir et dompter. D’autant plus que l’électronique embarquée permet une modification des performances en temps réel. Bref, vous aurez compris que finir sur la plus haute marche du podium ne sera pas si facile que ça. Comme votre carrière ne fait que débuter, vous avez tout le temps pour progresser !

GAMEPLAY

Une question de dosage

Commençons par les bases: la gestion de la vitesse et des freins. Si accélérer se fait aisément grâce à la gâchette R2, ce sera à votre doigt de gérer la puissance souhaitée. N’oubliez pas que la moto est vraiment puissante, et que le cabrage sera quasi-sûr si vous appuyez au max d’entrée de jeu. Maintenant que les bourrins sont calmés, il en va de même pour les freins. Enfoncer la gâchette L2 juste avant un virage ne vous fera pas freiner “juste à temps”, bien au contraire. Pourquoi ? Parce que l’électronique embarquée vous évitera de passer par dessus votre moto car le freinage cible de base la roue avant ! Il faudra réellement anticiper le freinage et éviter à tout prix de piler au dernier moment.

Un virage propre

Préparer sa trajectoire sera fondamental pour parfaire votre pilotage. Pour cela le stick gauche gère les virages avec précision mais aussi le poids du pilote (vers le haut en avant et vers le bas pour l’arrière). Le gameplay demande donc une bonne précision ainsi qu’une excellente connaissance des circuits. Mais pas seulement vu que les bolides sont truffés d’électronique dernier cri.

Tonnerre Mécanique

Suivant la catégorie de votre moto, vous aurez jusqu’à 4 équipements à gérer. Mais vous ne trouverez pas d’hyperboost !

Tout est visible en bas à droite

Grâce à la croix directionnelle, vous règlerez à votre guise et en temps réel les niveaux de:

  • TCS (Traction Control): l’anti-patinage permet de sortir d’un virage plein gaz tout en évitant une glissade de la roue arrière.
  • AW (Anti Wheeling): permet de brider l’accélération afin d’éviter le cabrage de votre moto.
  • EBS (Engine Braking System): aide à la gestion du frein moteur permettant de diminuer les distances de freinage.
  • PWR (Power): impacte directement la puissance du moteur.

À vous de trouver le bon équilibre électronique/pilotage. Ou bien d’adapter votre pilotage car certains réglages contraignants vous feront gagner de précieuses secondes.

GRAPHISMES ET BANDE-SON

Un petit pas dans la nextgen

Traitées en véritables stars, les motos bénéficient d’une très bonne modélisation. Le rendu du bitume sous la pluie fait également bonne impression.

Par contre l’effet de pluie est vite oublié

Un soin tout particulier a été apporté à l’éclairage naturel mais aussi de nuit grâce aux puissants spots entourant les circuits. De plus la modélisation des pilotes est agréable ce qui fait gagner en immersion dans le mode carrière. La présence d’une voix française renforce encore plus celle-ci. Entre les différentes sonorités des motos, on se surprend à entendre de temps à autre une musique d’ambiance électro. Rien de bien extravagant mais cela colle bien avec le sérieux du titre. Et comme toujours la DualSense est très bien utilisée ! Les gâchettes adaptatives vous donneront de précieux retours et vous sentirez venir le décrochage de votre bolide. Vous n’aurez qu’un court instant pour réagir avant d’utiliser le rewind.

Le duo star en action face à un public en demi-teinte

CONTENU ET DUREE DE VIE

Vers la victoire de toute une équipe

Le mode carrière mettra bien sûr à l’épreuve votre talent de pilote (sur tous les circuits officiels) mais aussi vos capacités à recruter des techniciens. Et de préférence des bons. En effet, la saison annuelle (3 catégories disponibles MotoGP, Moto2 et Moto3) sera rythmée par l’ensemble des performances de votre écurie. Faire un bon temps ne suffira pas pour se hisser au sommet, il faudra également se pencher sur la recherche technique.

Les recherches prennent du temps et demandent du personnel

Vous devrez dépenser des Crédits (Cr) pour le personnel mais aussi des points spécifiques pour chaque pièces à développer.

Comment faire grimper ces points ? Et bien en réalisant des défis lors des sessions d’essais avant chaque Grand Prix. Puis de retour au stand, réalisez vos différents réglages avant le grand bain.

Oui, je pars dernier

Si les séances d’essais vous laisse seul face au circuit, le grand prix vous fera découvrir toute l’intensité de la course. Face aux autres pilotes, on se met à trouver de nouvelles trajectoires tout en modifiant l’électronique pour s’adapter aux différentes situations. Suivant le niveau de difficulté, il ne sera pas facile de remonter si vous êtes parti en bout de ligne.

5ème c’est vraiment pas mal

Comme la difficulté peut être changée à la volée, libre à vous de vous tailler une carrière sur mesure. N’oubliez pas que même en facile, une connaissance du circuit est indispensable pour grimper sur le podium. Alors faites un tour dans les autres modes avant d’entamer une carrière plus sereinement.

Le Docteur de 2009

En plus d’un didacticiel complet (avec ses propres objectifs), chaque circuit comporte des défis à réaliser. Ils consistent à obtenir des médailles dans chaque secteur puis dans un tour complet.

Idéal pour connaitre les circuits sur le bout des doigts

Si vous trouvez que cela manque de vie, les développeurs ont intégré d’autres défis basés sur la saison de 2009 ! Les vidéos d’époques replongeront les connaisseurs dans le contexte et les néophytes découvriront des pilotes avec la rage au ventre. Rage qu’il faudra maîtriser pour venir à bout des épisodes de cette mythique saison remplie d’égos démesurés.

Casey Stoner versus Valentino “The Doctor” Rossi

Et si vous avez encore faim, libre à vous de créer un championnat, une simple course ou un banal entraînement (pourquoi pas pour essayer le pilotage avec la détection de mouvement). Un mode 2 joueurs en écran partagé est également de la partie ainsi que le traditionnel online jusqu’à 12 joueurs. Malheureusement je ne peux pas vous en dire plus car personne n’a rejoint mon salon et je n’ai pas pu en rejoindre pour l’instant. Les pilotes mondiaux se font attendre !

CONCLUSION

Test : MotoGP 22 sur PS5

C’est en douceur que MotoGP 22 chauffe ses pneus nextgen sur Playstation 5. Proposant un contenu dense à travers une longue carrière ainsi que des défis se déroulant lors de l’intense saison 2009, garder la tête froide sera un plus afin de maîtriser le gameplay. Épaulées par une DualSense bien utilisée, les sensations sont au rendez-vous et prennent de l’ampleur au fil de vos exploits. Si la qualité des décors est en retrait, la modélisation des pilotes et des motos se hissent facilement sur le podium. Les nombreuses configurations possibles rendent le jeu accessible mais pas plus facile pour autant. Il va falloir y mettre du votre pour finir sur un podium

Test : MotoGP 22 sur PS5 réalisé par Pascal84 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *