Test : Balan Wonderworld sur PS5

Test : Balan Wonderworld sur PlayStation 5

5.7

SCENARIO

6.0/10

GAMEPLAY

5.0/10

GRAPHISMES

5.5/10

BANDE-SON

7.0/10

CONTENU ET DUREE DE VIE

5.0/10

Les plus

  • Une histoire pleine de bonne volontée
  • De magnifiques cinématiques
  • Des trophées plutôt faciles
  • Des temps de chargement envolés

Les moins

  • Un level design bancal
  • La gestion des costumes peu ergonomique
  • Un design peu inspiré
  • Les combats manquent de punch

Test : Balan Wonderworld sur PS5

Test : Balan Wonderworld sur PS5

Genre : Plateforme, Action
Langues : Japonais, Anglais Sous-titres : Français, Allemand, Anglais, Arabe, Chinois, Coréen, Danois, Espagnol, Grec, Hongrois, Italien, Japonais, Norvégien, Néerlandais, Polonais, Portugais, Russe, Suédois, Tchèque, Turc
Développé par Balan Company
Édité par Square Enix Ltd
Sortie France : 26/03/2021
Prix : 59,99€ sur le PS Store, 49,99€ version boîte
Taille : 15 GB
Joueurs : 1 – 2
Age minimum : 7

Site Web Officiel

SCENARIO

En choisissant Leo ou Emma, vous basculerez dans la vie pas toujours facile d’un enfant. Malgré leur bonne humeur, ils sont en proie au doute ou au regard des autres. Et à cet âge là, cela peut laisser des traces qui perdureront une fois adulte.

Ayant chacun leur cinématique d’introduction, vous finirez tout de même dans l’énigmatique théâtre du mystérieux Balan. Dans ce lieu propice à la rêverie positive, le protagoniste s’avère être un nouveau genre de coach bien-être. En effet, il va montrer aux enfants comment combattre toutes formes négatives qui ont pris possession des humains ou des animaux.

Et il y a du boulot dans ce domaine !

GAMEPLAY

La gare de l’île aux Tims

Hub central du jeu, cette île se transformera au fil du temps en centre de loisir pour les Tims. Ces petits êtres mignons dévorent les cristaux récoltés dans les niveaux afin d’obtenir un poids idéal pour donner la vie à d’autre (en jetant simplement un petit Tims dessus).

Mais pour développer ce complexe, il faudra faire grimper le compteur de bonheur placé au centre de l’île.

Au plus il y aura de Tims, au plus ils seront nombreux à s’amuser faisant grimper le compteur rapidement. Donc direction les niveaux pour récolter de quoi les faire évoluer tout en suivant l’histoire.

Au bal costumé

Si votre aventure commencera dans la peau réelle de votre avatar, vous trouverez très vite une clef pour débloquer votre premier costume.

Bon, ce n’est pas votre premier costume

Indispensable pour battre les ennemis, chaque skin aura son mouvement spécial à déclencher avec n’importe quel bouton. Même avec les gâchettes de la DualSense, profitant ainsi du retour haptique de certains pouvoirs. Comme les niveaux sont relativement vastes, des allers-retours sont à prévoir si vous n’avez pas en stock les bons costumes.

La chasse aux statues est ouverte

Et c’est parti pour 12 niveaux aux thématiques différentes.

GRAPHISMES ET BANDE-SON

La PS5 n’a aucun mal à afficher en 4K des textures datées. Si les effets de lumières tirent leur épingle du jeu, le design est inégal voir “spécial”.

Comme ce boss !

Il faut reconnaitre que Yuji Naka a gardé la patte graphique de ses anciennes gloires (Nights en tête) pour un résultat qui peine à nous toucher. Malgré des stages relativement jolis (suivant le thème), l’ensemble fait vieillot et surtout déjà-vu. Sauf les cinématiques qui sont une merveille pour les yeux.

Une réussite

Heureusement que la partie musicale relève un peu le niveau avec un mélange de compositions orchestrales satisfaisantes ainsi que des chansons de fin  entraînantes.

CONTENU ET DUREE DE VIE

Bancal Underworld

Pour profiter de l’aventure dans une meilleure condition, désactivez le suivi de caméra et réduisez sa vitesse de déplacement. Voilà, vous êtes prêts pour redécouvrir le jeu de plateforme. Chaque niveau propose un thème qui se rapproche plus de la saynète que d’un conte. Vous ne découvrirez sa cinématique qu’une fois le boss vaincu (en 3 coups), et vous vous rendrez compte que vos actions réalisées n’ont pratiquement aucun rapport avec celle-ci.

Tout comme les minis jeux

De plus, la présence de 80 costumes (alors que vous n’avez que 3 emplacements) n’arrange pas le gameplay qui se retrouve alourdi par un jonglage de déguisement peu ergonomique.

Rester sur les checkpoint pour ouvrir un ou des raccourcis

Qui plus est, le level design est comme la bataille de Balan (la phase de QTE) : peu inspiré et bancal. Si les plus jeunes apprécieront certains passages, les amateurs de plateforme vont vivre une sacrée expérience.

Mais pourquoi ?

C’est exactement ce que les plus curieux diront le plus en continuant l’aventure. Les trophées s’enchaîneront aussi vite que les mondes et on peinera à se sentir impliqué dans l’histoire. Étrangement, on perdra du temps à regarder les décors inaccessibles car il s’en dégage réellement de la poésie.

Mais pourquoi tout le jeu n’est pas comme ça ?

Puis on fera demi-tour et on continuera l’aventure avec la larme à l’œil en se disant que le jeu pouvait largement offrir mieux.

CONCLUSION

Pourtant plein de bonne volonté, Balan Wonderworld reste l’aventure bancale qui pouvait donner bien plus. Si son passage sur PS5 supprime les temps de chargement, il ne gomme pas une réalisation datée ainsi qu’un level design ayant revêtu le costume d’invisibilité. Tel un cabinet de curiosité, sa visite étonnera tous les adeptes de plateforme tant il ne correspond en rien aux autres représentants du genre.

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI 

Test : Balan Wonderworld sur PS5 réalisé par Pascal84 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *