Test : The King of Fighters XV sur PS5

Test : The King of Fighters XV sur PlayStation 5

8

SCENARIO

7.0/10

GAMEPLAY

8.5/10

GRAPHISMES

8.0/10

BANDE-SON

8.5/10

CONTENU ET DUREE DE VIE

8.0/10

Les plus

  • 39 personnages d'entrée de jeu
  • Accessible à tous...
  • Un online très solide
  • Un gameplay au poil
  • Des bonus sympas

Les moins

  • Des costumes seulement en DLC
  • ...mais la maîtrise peut être longue

Test : The King of Fighters XV sur PS5

Test : The King of Fighters XV sur PS5

Genre : Baston
Langues : Anglais, Japonais Sous-titres : Anglais, Français, Italien, Espagnol, Portugais, Allemand
Développé par SNK
Édité par Prime Matter
Sortie France : 17/02/2022
Prix : 59,99€ sur le PS Store, 39,99€ version boîte
Taille : 68,68 Go
Joueurs : 1 – 2 local et online
Age minimum : 12

Site Web Officiel

SCENARIO

Débuté en 1994 sur NeoGeo (arcade et console), la saga The King of Fighters continue son chemin 28 ans plus tard. Porté sur pratiquement toutes les consoles, ce crossover des rois de la baston SNK, pourtant apprécié des amateurs, n’a pas toujours connu que des succès. En revanche son scénario reste intact opus après opus et The King of Fighters XV sur Playstation 5 ne déroge absolument pas à la règle.

Bien résumé cher Yashiro de la team Orochi !

Par équipe de 3 combattants issus de bon nombre de licences comme Fatal Fury, Art of Fighting ou encore Ikari Warriors, le tournoi permet à chacun de mettre ses techniques de combat en avant. Mais c’est également l’occasion de découvrir une nouvelle force destructrice venue d’ailleurs. Et comme à chaque fois, elle va utiliser les faiblesses d’un des combattants.

Pour ce dernier tournoi, cette entité mystérieuse a choisi l’orpheline Isla comme intermédiaire. Va-t-elle réussir son coup ? Tout dépendra de vous !

GAMEPLAY

Le bourre-pif pour tous

4 boutons d’attaques suffisent pour cogner vos adversaires: poing/pied fort et faible. Rajoutez des mouvements classiques de la baston comme des supers sauts, la course avant, le rétablissement rapide suite à une chute ou une simple esquive et vous obtenez un gameplay accessible. Tout en étant nerveux. Vous apprendrez tout ce qu’il faudra dans le tutoriel en une vingtaine de minutes si vous êtes novice. Moitié moins pour les adeptes du quart de cercle. En revanche il vous faudra bien plus de temps pour utiliser (au bon moment) tout ce que vous avez appris. En particulier face à des adversaires humains ou contre l’IA à son plus haut niveau.

Le super cancel qui passe enfin

De plus, votre jauge de puissance (de 3 à 5 barres) impactera directement votre stratégie. Si taper ou recevoir des coups la remplira, vous dépenserez:

  • 1 barre pour un Super Spécial
  • 2 barres pour un Max Super Spécial
  • 3 barres pour un Climax Super Spécial

Nouveauté du nom de Max Mode Normal (pied faible + poing fort) ou Rapide (n’importe quelle attaque faible suivi par la commande du Normal), son déclenchement n’est possible qu’avec 2 barres pleines. Si le mode normal permet de profiter d’attaques EX (consommant 1/2 jauge de puissance par coup) ainsi qu’une force d’attaque augmentée, le mode Rapide permettra d’enchaîner rapidement un combo mais n’augmentera pas votre attaque. Il faudra faire vite car sa jauge se vide rapidement. Vous avez donc intérêt à connaître les combos de votre personnage sur le bout des doigts.

Grâce aux défis du mode Mission…bon courage !

Ou bien d’utiliser l’auto-combo…

Team Ouin-Ouin

Si l’on peut entendre les pleurs des puristes, l’auto-combo est possible dans The King of Fighters XV. Permettant d’enchaîner des coups en appuyant 4 fois sur la même attaque, les dégâts varieront en fonction de votre jauge de puissance. Et cela ne dépassera pas les ravages du Climax Super Spécial.

Grisant mais rien de comparable avec la manip bien rentrée

Donnant un cours instant l’impression de puissance aux novices, son utilisation se verra contrée par un joueur aguerri. Pas de quoi crier au déséquilibre d’autant plus que je l’utilise bien face à l’IA un brin cheatée du boss final. Tous les coups sont permis, non ?

GRAPHISMES ET BANDE-SON

Agréable à l’œil et un régal pour les oreilles

Next gen par la quasi disparition des temps de chargement, le rendu est quand à lui coincé entre 2 générations. Mais le vieillissant Unreal Engine se trouve bien maîtrisé par l’équipe artistique qui arrive à donner une identité palpable aux 39 combattants disponibles. Si l’on peut regretter une peau lisse des personnages (seul Ash Crimson semble avoir un grain de peau), le principal répond présent: une fluidité à toute épreuve.

Y compris dans des lieux bien détaillés !

De plus une intro spéciale en animé et de jolies fins, dont la plupart en images fixes, viennent enrichir une DA qui fonctionne bien. Certes rien de révolutionnaire mais vraiment agréable. Côté bande-son c’est un bon cru. Les compositions originales tendent vers différents styles pour coller à l’univers des teams: les titres jazzy, pop-rock (la majorité) ou encore newwave sont une réussite. Et si vous n’êtes pas convaincu, la Station DJ permettra de poser des pistes sonores d’anciens opus comme bon vous semble !

Il faudra quand-même les débloquer

CONTENU ET DUREE DE VIE

Ring à domicile

Les modes solos de King of Fighters sont tout ce qu’il y a de plus classique: Versus (IA ou second joueur local), Histoire, Entraînement et Mission. Si les 13 équipes initiales bénéficient de leur propre fin, il sera nécessaire de trouver les fins cachés en combinant les personnages. Des indices vous aideront à trouver les bons trios dans la Galerie ou la Station DJ. Il m’est tout de même difficile de cacher la toute petite poignée de nouveaux personnages aux habitués. Et les DLC qui arrivent n’annoncent guère plus de nouveauté. Désolé. En attendant, direction l’entraînement. C’est le passage incontournable pour s’améliorer en paramétrant tout à votre guise.

Ou pour simplement apprécier le moteur physique sur Mai !

Car le véritable challenge prend place sur un autre ring. Et tôt au tard, il va bien falloir s’y rendre.

Ring mondial

Profitant du rollback netcode (comme Guilty Gear Strive), le mode online permet des affrontements sans lag. Et on peut dire que cela fonctionne très bien. De ce fait, votre défaite ne sera pas imputable au réseau.

C’est bien dommage car j’aimais cette excuse

Comme votre profil comporte un score de fair-play, les habitués du rage quit se verront pénalisés.  De quoi se donner encore plus à fond dans un match classé, amical ou en salle (avec règles imposées).

Vous trouverez votre bonheur quelque soit votre niveau

Une belle réussite voir même un bon moment de convivialité suivant les rencontres. Et s’il y a une victoire, c’est encore meilleur.

CONCLUSION

Restant sur un gros casting bien connu oubliant un peu de surprendre, The King of Fighters XV sur PS5 offre avant tout une amélioration du gameplay. Profitant du rollback netcode, vous n’aurez aucune excuse pour ne pas afficher votre maîtrise au monde entier. Mais il faudra pour ça s’investir car si le titre fait du pied aux novices, l’apprentissage continue bien après la fin du tutoriel. Pour se faire, les modes solos seront un passage incontournable avant de vous jeter sur le ring mondial. Et c’est là que vous écrirez votre propre histoire de King of  Fighters XV.

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI 

Test : The King of Fighters XV sur PS5 réalisé par Pascal84 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *