Test : MADiSON sur PS5

Test :MADiSON sur Playstation 5

7.6

SCENARIO

7.0/10

GAMEPLAY

8.0/10

GRAPHISMES

8.0/10

BANDE-SON

8.0/10

CONTENU ET DUREE DE VIE

7.0/10

Les plus

  • L'ambiance, surtout sonore
  • L'utilisation de l'appareil photo
  • Les énigmes bien pensées
  • Un bon rythme

Les moins

  • Très linéaire
  • Classique
  • Inventaire limité

Test : MADiSON sur PS5

Test : MADiSON sur PS5

Genre : Action, Horreur, Horreur Psychologique
Langues : Anglais Sous-titres : Allemand, Anglais, Arabe, Chinois – simplifié, Coréen, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Polonais, Portugais, Roumain, Russe, Turc
Développé par BLOODIUS GAMES
Édité par PERPETUAL
Sortie France : 08/07/2022
Prix : 34,99€ sur le PS Store, 39,90€ version boîte
Taille : 33504 MB
Joueurs : 1
Age minimum : 18

Site Web Officiel

SCENARIO

Pour commencer, MADiSON était très attendu par les fans de jeux d’horreur. Très vite estampillé comme étant un hommage à Visage ou encore PT (la demo jouable Silent Hills qui ne sortira jamais), le jeu en reprend beaucoup de codes. Mais sa sortie à été fortement retardée. Pour un souci de jeu non fini ? Et non ! En effet, c’est le nom du studio qui ici posait problème. Tout petit et jeune studio ayant travaillé plus de 5 ans sur MADiSON. Mais est-ce que cela en valait la peine ? Le contrat est-il rempli ?

On incarne Luca, qui semble totalement perdu, dans une pièce sombre. En face, une porte, verrouillée, d’où provient une voix. Celle du père de Luca, qui l’accuse d’avoir assassiné sa famille, et de ne plus être son fils…

Le ton est donné, dès les premières secondes. Tout au long du jeu, on va découvrir que Luca est possédé par un démon, dont le seul but est de terminer un rituel bien spécifique lui permettant de rejoindre le monde des vivants. Rituel commencé par Madison Hale, tueuse en série ayant assassinée sa famille. On va donc suivre l’histoire de Luca, sa famille, mais aussi celle de Madison. Le tout en étant possédé par une entité démoniaque. Réjouissant n’est-ce pas ?

Nous allons donc évoluer dans ce qui fait le classique des jeux d’horreur à possession satanique. Des bougies, une ambiance sombre, des bruits de craquements, lumières angoissantes, objets qui bougent tous seuls, phénomènes inexplicables… Mais aussi et surtout un appareil photo ! MADiSON n’est pas le premier jeu du genre à utiliser un tel objet. Mais c’est fait de manière originale et intelligente ici. Notre appareil sera notre meilleur allié pour progresser et résoudre les énigmes que le jeu dressera devant nous. Le scénario se met doucement en place, les différentes pièces du puzzle aussi. Bien qu’il puisse rester certaines zones d’ombre, assez sujette à interprétation de la part du joueur.

 

GAMEPLAY

En terme de gameplay on se trouve vraiment dans une formule classique. Ainsi on se retrouve enfermé dans une maison sombre où les manifestations surnaturelles sont assez présentes, voire même un peu trop présente par moment. Le but est de se débarrasser de l’entité démoniaque qui a pris possession de notre corps, enfin du corps de Luca. Mais tout ne va pas forcément se passer comme prévu. Nous allons avoir droit à une succession d’énigmes, certaines assez compliquées à comprendre et demander un peu de réflexion. Surtout dans un environnement stressant ! Car MADiSON nous laisse très peu de répit, voir aucun, pour souffler un bon coup avant de repartir dans les méandres de la maison, de la cave au grenier. On aura par moment la désagréable sensation de tourner en rond, mais le jeu (enfin l’esprit), se joue de nous. Ainsi, faire des allers-retours dans un couloir sera normal… mais frustrant !  Notre fidèle ami l’appareil photo joue un grand rôle dans la progression du jeu et la résolution des énigmes. Ce dernier permettant provoquer des réactions dans le jeu.

Il existe d’ailleurs deux modes de jeu : normal et difficile. En normal les photographies nous permettront de savoir vers quelle zone photographier pour débloquer la solution à certaines énigmes, les cafards pourront également nous guider. En mode difficile tous ces indices visuels disparaissent. Mais avoir ces indices ne veut pas forcément dire trouver directement la solution à une énigme. En effet le jeu est très scripté, peut-être un peu trop parfois. Si ce n’est pas le moment de déclencher un événement en particulier il ne se passera rien. À ce titre, il est ainsi possible de passer devant une zone et de ne rien y trouver, d’y repasser quelques minutes plus tard, et d’y trouver un objet nous permettant d’avancer dans la quête. Mais comme nous n’avons pas eu l’élément déclenchant à notre premier passage, l’objet n’apparaissait pas. Cela peut donner par moment une impression d’incohérence, mais cela peut s’expliquer par l’envie des développeurs de faire en sorte que le joueur ne loupe aucune étape du jeu. Outre la résolution d’énigme, l’appareil photo et aussi un moyen d’obtenir de la lumière non négligeable, et ainsi savoir où l’on met les pieds.

 

GRAPHISMES ET BANDE-SON

Côté graphisme le jeu est visuellement beau. Pas de gros soucis ou de gros bug de textures à déplorer. De plus on peut voir qu’un grand travail a été réalisé au niveau des collisions d’objets.  En effet il ne sera par exemple pas possible d’ouvrir une porte de placard si celle-ci est gênée par une autre porte de placard. L’ambiance générale de la maison est sombre sans trop en faire. On a l’impression de se retrouver dans une maison classique avec de drôles de tableaux aux murs dans un aspect un peu vieillot. Ce qui colle parfaitement à l’ambiance générale de MADiSON.

C’est surtout côté bande-son que le plus gros du travail psychologique va être effectué. En effet on a l’impression d’une maison vivante : des portes qui claquent, du parquet qui grince, un objet qui tombe, un bruit non identifié qui va faire sursauter.  Tous ces petits bruits pèseront de façon effrayante sur votre mental et vos nerfs. Ajoutez à cela a des jumpscares, parfois un peu trop présents, et vous avez une formule gagnante. Le jeu au casque prend ainsi une toute autre dimension, pour une immersion totale dans la tête d’un homme en proie à un redoutable démon.

CONTENU ET DUREE DE VIE

Les énigmes sont omniprésentes dans MADiSON. D’ailleurs certaines d’entre elles demanderont une petite part de réflexion, voire même de prendre un cahier et un stylo, et de tout posé à plat pour réussir à la résoudre. Le jeu laisse peu de répit, cependant par moments on est tellement concentrés dans une énigme qu’on en oublie pendant quelques secondes être dans un jeu d’horreur. Mais le jumpscare nous le rappellera bien lui ! Comme nous l’avons déjà dit plus haut il est par contre dommage d’avoir un jeu très linéaire avec des événements qui ne se déclencheront pas si ce n’est pas le bon moment. Au début du jeu l’histoire est floue, pour les plus assidus en termes de recherches le tout se met en place doucement. Plus on avance dans l’histoire plus elle devient claire. Mais aussi, plus on avance dans l’histoire et plus on avance également dans l’horreur ! Tout s’accélère, rajoutant une sorte de pression supplémentaire à la fin du jeu.

En terme de durée de vie et 6h peuvent suffire à finir le jeu. On peut compter le double et si on reste bloqué sur certaines énigmes, et à faire des allers-retours inutiles. C’est une durée qui semble suffisante sans pour autant être trop importante. De plus les collectionneurs seront ravis d’apprendre que le jeu possède des Collectibles à retrouver tout au long de son séjour dans l’esprit et le corps de Lucas. On regrette aussi un inventaire limité. Il y a un système de coffre nous permettant de stocker des objets, mais c’est assez vite dérangeant de devoir faire des allers-retours vers le coffre. MADiSON possède peu de bugs mais ces derniers peuvent être très problématiques. Ainsi Lucas est par exemple incapable de lever de 2 cm son pied pour passer un petit rebord. Mais il peut arriver qu’un ascenseur ne descende pas correctement, et donc ce petit rebord vous bloquera avec un petit soft lock vous obligeant à redémarrer votre partie. Heureusement le jeu possède un système de sauvegarde automatique et les sauvegardes sont plutôt nombreuses. Il est également bon de noter que lors de la réalisation de ce test, des mises à jour permettant certainement de résoudre les bugs les plus handicapants étaient déployées.

CONCLUSION

MADiSON, c’est cette bouffée d’oxygène dans le jeu d’horreur attendu par les fans ! Les références sont là, mais le jeu tient la route, nous ne sommes pas sur une énième copie molle et sans saveur. Mais bien devant un jeu qui fera couler cette goutte de sueur dans la nuque tout en frissonnant. Bien sûr, il n’est pas parfait, quelques bugs peuvent même vous obliger à devoir redémarrer le jeu, mais c’est peu cher payé. Certaines phases peuvent également s’avérer frustrantes pour le joueur. Pour autant, on ne se lasse pas du titre. La durée de jeu n’est ni trop courte, ni trop longue, sans pour autant pouvoir parler de parfaite. Juste ce qu’il faut dirons-nous. L’appareil photo est habilement utilisé. L’horreur est là, la peur est présente. MADiSON est un excellent jeu, à ne pas mettre entre toutes les mains !

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI 

Test : MADiSON sur PS5 réalisé par Azazelyne sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *