Test : Yurukill: The Calumniation Games sur PS5

Test : Yurukill: The Calumniation Games sur PlayStation 5

8.2

SCENARIO

8.5/10

GAMEPLAY

8.0/10

GRAPHISMES

8.0/10

BANDE-SON

8.5/10

CONTENU ET DUREE DE VIE

8.0/10

Les plus

  • Un mix de gameplay bien pensé
  • Une histoire prenante dotée d'une bonne traduction
  • Un shmup sympathique et complet

Les moins

  • Pas de galerie/jukebox en bonus

Test : Yurukill: The Calumniation Games sur PS5

Test : Yurukill: The Calumniation Games sur PS5

Genre : Aventure, Shoot
Langues : Japonais Sous-titres : Allemand, Anglais, Français, Japonais, Coréen, Chinois
Développé par Izanagi Games
Édité par NIS America
Sortie France : 08/07/2022
Prix : 39,99€ sur le PS Store
Taille : 6,07 Go Version 1.0.1
Joueur : 1
Age minimum : 12

Site Web Officiel

SCENARIO

La croisière s’accuse

Nouveau réveil, nouvelle journée de prison pour Sengoku Shunju. Condamné à une petite peine de 999 ans d’emprisonnement, ses yeux s’ouvrent dans une cellule qui n’est pas la sienne.

Le gros avantage c’est que vous n’êtes pas seul dans cette situation. En discutant un peu avec l’inconnu d’à côté, vous apprenez que vous êtes sur un bateau. Être au milieu de l’océan ne facilitera pas une éventuelle évasion. De toute façon vous n’en aurez pas l’occasion puisque la charmante et dérangée Binko va profiter du point commun de tous les prisonniers pour proposer un deal. En effet, tous se disent innocents ! Il semblerait même que le véritable coupable de l’affaire de Sengoku soit sur le bateau. Mais pour l’instant vous faites rapidement connaissance avec votre exécutrice Rina Azami car le bateau arrive à destination: le parc d’attractions Yurukill.

Aucune file d’attente

En avant pour votre première attraction dans Yurukill: The Calumniation Games sur PS5. Si la liberté vous tend les bras, votre exécutrice peut à tout moment vous tuer. Bonne chance !

GAMEPLAY

Enquêtes & explosions

Yurukill: The Calumniation Games proposent une bonne cohabitation de 2 gameplay bien différents.

  • Les enquêtes: Inspirées du point and click, vous devrez dénicher toutes sortes d’indices dans les décors. Le curseur se dirige avec le stick analogique, passe en surbrillance sur les objets clefs et hop, vous collecterez des indices et des dossiers. Consultables sur votre Yurukill Passport (le bouton Options), ils seront précieux pour résoudre différentes énigmes (logique, mémoire ou à base de chiffres). Si vous êtes bloqués, 3 astuces seront accessibles. N’abusez pas car la dernière vous donnera souvent la solution.
On n’a pas la même définition d’équitablement
  • Un shoot ’em up: Habilement introduit par la Réalité Cérébrale du scénario, vous aurez un shmup à défilement vertical. En plus de pouvoir faire tourner des modules de tirs autour de vous avec le bouton O (le X les rendant fixes), vous aurez à gérer la jauge d’Outburst une fois remplie à 20%. Libérant une puissante bombe (vidant la jauge) ou bien des tirs spéciaux (diminuant progressivement celle-ci), à vous de décider de sa meilleure fonction suivant les stages. Notez qu’en mode Easy et Normal elle vous procurera une bombe d’autodéfense une fois passée la barre des 20%.
Dommage, il manque 4%

Au final ces 2 gameplays, pourtant bien distincts, se croisent quand même dans le mode histoire avec un certain talent.

GRAPHISMES ET BANDE-SON

Les voix de la raison

Profitant de bonnes illustrations pour la partie visual novel, le jeu mise avant tout sur des voix japonaises de qualité. Et il fallait au moins cela pour donner vie à la galerie de personnages plus ou moins barrés imaginée par le mangaka Homura Kawamoto.

Elle rage sec

Ensuite, la partie shoot mixe des moments psychédéliques lors des différents quiz mais profite surtout d’une fluidité à toute épreuve. Et ce même si l’écran est surchargé par une pluie de boulettes !

On retrouve une bande son rock rythmant les affrontements ainsi que quelques morceaux chantés. Cependant vous ne pourrez pas les écouter à loisir car il n’y a pas de galerie/jukebox à l’heure actuelle. Et c’est bien dommage.

CONTENU ET DUREE DE VIE

De la mémoire et du skill

Il fallait oser la fusion de l’enquête en visual novel avec le shmup. Et bien pari réussi pour le studio Izanagi games. Si vous n’êtes pas adeptes des jeux de tir, le mode facile est fait pour vous: ennemis plus faibles et bombe d’autodéfense (avec la jauge à 20% minimum). Par contre ce mode ne vous aidera pas à répondre aux questions, il va falloir retenir toutes les informations pour gagner des vies supplémentaires (jusqu’à 15) ou pour présenter des preuves afin d’influencer votre exécuteur.

Bon là c’est facile, la réponse est sur l’image !

La hitbox de vos vaisseaux est assez permissive, il faut vraiment que les projectiles tapent leurs corps. Le mode normal est sensiblement similaire (ennemis retors) et le mode Hell porte bien son nom: des boulettes jusqu’à l’indigestion. Quelque soit votre mode de difficulté, vous partirez avec 5 vies. Au final, les différentes histoires, aux propos souvent matures, vous tiendront en haleine une dizaine d’heures avec pour fil rouge celle de Sengoku. Ensuite il vous restera un mode de jeu complet.

Le mode arcade

Se débloquant en suivant l’histoire, vous aurez au final 7 stages à parcourir soit d’une traite, soit individuellement. Proposant toujours 3 niveaux de difficultés avec autant de classement en ligne, la course au plus haut score sera de rigueur. Vous n’aurez bien sûr pas les quiz. De quoi simplement s’entraîner et surtout dénicher toutes les têtes de Binko dissimulées dans les niveaux. Ces têtes vous rapporteront un bonus non négligeable une fois le stage terminé mais vous imposera d’utiliser une bombe pour la récupérer. Tout dépendra de votre style de jeu, j’ai d’abord opté pour une bonne connaissance des boss avant de me lancer à la chasse au score.

Zéro vie pour le véritable boss, un régal en perspective

CONCLUSION

Original dans sa construction et son histoire, Yurukill: the Calumniation Games sur PS5 réussit le mélange d’enquête et de shoot. Profitant d’une galerie de personnages bien écrits aux voix marquantes, la partie shmup n’est pas en reste en proposant un challenge corsé via le mode Hell. Il reste cependant accessible à tous grâce aux modes facile voir normal pour un peu de challenge sans atteindre les sensations d’un grand huit. Une originalité bienvenue qui ravira les adeptes de concept sortant de l’ordinaire.

Test : Test : Yurukill: The Calumniation Games sur PlayStation 5 sur PS5 réalisé par Pascal84 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *